Alternatif Mining Indaba (RDC): Memorandum a l’attention de Monsieur le Gouverneur de Province de Lualaba

Memorandum for the Attention of the Governor of Lualaba Province

Excellence Monsieur le Gouverneur de Province,
La société civile congolaise qui œuvre dans le secteur des ressources naturelles et les représentants des communautés minières se sont réunis dans le premier alternatif Mining Indaba, tenu à Kolwezi dans la province de Lualaba, du 23 au 24 mai 2017, pour discuter autour de l’impact des activités minières sur les communautés et l’économie locale. La province de Lualaba regorge l’essentiel des potentialités des gisements miniers de la RDC (cuivre et cobalt) et près de 80% des grandes compagnies minières.

Après deux jours de discussions, le constat général qui s’est dégagé est amer. Le peuple congolais en général et les communautés locales en particulier ne bénéficient pas de l’exploitation de leurs ressources minières. Les minerais, au lieu d’être une source de bénédiction et de développement contribuent plutôt à la misère des populations.

Les discussions ont identifié un nombre de causes qui sont à la base de cette situation. Les causes les plus importantes incluent: la faiblesse des institutions de l’Etat, la corruption, la mauvaise gouvernance, l’exclusion des communautés dans les prises de décisions, le non-respect des lois par les entreprises minières, la non application des lois par le gouvernement et l’exportation des minerais sans valeur ajoutée.  Les conséquences sont nombreuses: une industrie minière qui freine le développement, l’artisanat minier non-organisé qui pousse les femmes et les enfants vers des activités précaires de survie, la dégradation de l’environnement et la récurrence des maladies chroniques.  Ce tableau démontre à suffisance que les minerais n’appartiennent pas au peuple congolais.
Pour la province de Lualaba, les participants demandent au Gouvernement provincial:

  • d’intervenir avec urgence pour mettre fin à l’exploitation artisanale non organisée et non contrôlée ;
  • d’interdire la présence des enfants et des femmes enceintes dans les carrières minières ;
  • d’obliger tous les détenteurs de dépôt minier installés sur la route de Kolwezi à construire des dépôts en matériaux durables au standard decent et acceptable.

Les minerais sont des ressources épuisables. Le risque est de voir un jour les gisements miniers exploités se terminer sans que les traces de développement soient visibles et ressentis par la population congolaise. L’Etat congolais devra donc s’assumer et mettre en place des plans de développement et des politiques publiques qui doivent orienter les actions des compagnies afin que l’activité minière cesse d’être isolée mais impulse un effet d’entrainement pour le reste de l’économie.
La question de cohabitation entre les compagnies minières et les communautés locales affectées a été soulevée par les participants. Il n’existe pas de bons rapports entre les deux groupes surtout que les impacts des activités minières affectent négativement la vie des populations. L’Etat est accusé de protéger les compagnies minières au détriment de sa propre population.
En conclusion, les participants au premier Alternatif Mining Indaba appellent le Gouvernement Congolais à mettre en place des mécanismes d’appropriation des minerais et une gestion qui garantit un développement intégrateur et soutenu.

Fait à Kolwezi, le 25 mai 2017 
Les participants

Country: 
Sectors: